Les soins

L’établissement est réparti sur 4 niveaux : 17 lits au 3ème étage, 17 lits au 2ème étage, 19 lits au 1er
étage et 8 lits au rez-de-chaussée. Il comprend 58 chambres individuelles et 2 chambres doubles. La
salle de restauration et les locaux des cuisines se situent au rez-de-jardin. Un grand ascenseur permet
aux résidents à mobilité réduite de se déplacer au sein de l’établissement. Deux autres petits
ascenseurs sont utilisés par les résidents autonomes.
La personne âgée doit avoir des soins adaptés afin de bénéficier d’une bonne qualité de vie selon les
valeurs qui nous animent :

  • Respect de la personne âgée,
  • De sa dignité,
  • De sa liberté,
  • De ses choix,
  • De ses droits.

L’équipe médicale et paramédicale

Le pôle soins est composé du médecin coordonnateur, du psychologue, de l’ergothérapeute, des
infirmiers, des aides-soignants, des aides médico-psychologiques et des agents de service.
Cette équipe vous accompagne jour et nuit pour assurer votre bien-être, pour répondre à vos besoins
et à vos attentes.

Les infirmières

sont au nombre de 3. Elles organisent et évaluent les soins. Elles distribuent les
traitements matin, midi et soir. Elles ont un rôle hiérarchique auprès des aides-soignantes et des agents
de service.

Les aides-soignantes et les AMP(1)

sont au nombre de 13. Elles assurent les soins d’hygiène et les
transferts des résidents à mobilité réduite. Elles distribuent les traitements du matin pour 27 résidents,
par délégation des infirmières. Elles apportent une aide à l’installation, au service et à la prise des
repas selon les régimes prescrits.

Les ASH(2)

sont au nombre de 8. Ils ont pour rôle de distribuer le petit-déjeuner des résidents en
chambre. Les agents participent aux soins de nursing et aident à l’installation et à la prise des repas
selon leur planning. Ils sont responsables de la propreté des lieux de vie des résidents.
L’aide-soignante et l’agent de nuit se relaient pour veiller au bien-être, au confort et à la sécurité des
résidents. L’aide-soignante distribue les traitements de nuit des résidents à partir de 21h30. Ils assurent
également l’entretien des locaux. L’aide-soignante a un temps de travail effectif de 10 h et l’agent de
service 9 h 30. Ils ont une pause de 20 mn.

L’animation :

Une animatrice planifie les activités et anime les différents ateliers en lien avec une
thématique. 1 AMP assure les activités psychomotrices, 1 ASH veille au bon déroulement des séances.
Elles ont une place importante dans la réalisation du PAP.

Le psychologue

intervient le jeudi et le vendredi soit 12 heures par semaine.
Il apporte un soutien psychologique aux résidents et aux familles qui le souhaitent. Il est le chef de
projet pour les actions d’améliorations des documents du PAP et de son élaboration menée
actuellement depuis septembre 2014. Le psychologue est disponible pour proposer des rendez-vous
ponctuels avec les familles au regard d’une problématique identifiée. Ces rendez-vous permettent la
mise en place d’un dialogue entre le résident, sa famille et l’EHPAD pouvant apporter une prise de
recul par rapport l’affectif. Elle permet d’expliquer la situation d’un résident et de donner des pistes
de compréhension.

L’ergothérapeute

intervient le jeudi et le vendredi, de 8 h 30 à 16 h 30. Il participe à l’élaboration du
PAP. Il évalue les déficiences, les capacités et les performances motrices, sensorielles et cognitives
de la personne. Il adapte les aides techniques, humaines qui favorisent l’intégration de la personne
dans son milieu de vie. Il conseille l’équipe sur les bons gestes et postures à exercer auprès des
résidents afin d’éviter les chutes et les accidents du travail.

1
Aide Médico-Psychologique
2
Agent de Service Hospitalier

Des soins et un accompagnement personnalisés

Un accueil

Nous accueillons toute personne âgée présentant des poly-pathologies : insuffisances cardiaque et
respiratoire, diabète type I et II sont les plus fréquentes.
L’accompagnement du résident pour sa toilette quotidienne est réalisé en chambre par une aidesoignante,
un AMP ou un ASH de 7 h à 11 h 30. Les soignants proposent une douche hebdomadaire
avec une manucure, un soin de pieds et des cheveux. La surveillance du poids est faite sur un plan
hebdomadaire ou mensuel, selon la prescription médicale et l’état de santé du résident.
Les repas sont préparés sur place par un prestataire et servis sur différents lieux (salle à manger au
rez-de-jardin et salle à manger au 2
ème étage et si besoin dans les chambres) à des heures fixes afin de
respecter les amplitudes entre chaque repas. Le petit-déjeuner est servi en chambre selon les habitudes
de vie du résident, soit de 7 h à 9 h 15. Le déjeuner est proposé entre 11 h 45 et 13 h. Les résidents
sont accompagnés par les professionnels pour la prise des repas et la prévention des troubles de la
déglutition. Une collation hydrique et alimentaire est distribuée vers 15 h 30. Le dîner est servi entre
18 h et 19 h pour les résidents dépendants et entre 18 h 30 et 19 h 30 pour les usagers prenant leur
repas en salle à manger du rez-de-jardin.
Chaque résident bénéficie d’un système de montre pour les appels. Il s’agit d’un système informatisé
mis en place en 2008. Les soignants reçoivent « les appels-malades » par téléphone paramétré selon
l’étage. Une procédure est à respecter pour la validation de l’appel-malade.
Les aides-soignantes ont à leur disposition des postes informatiques installés à chaque étage.
L’infirmière a à sa disposition un ordinateur portable installé sur le chariot de soins.
Des soins
Le dossier médical et de soins sont informatisés grâce à un logiciel spécifique.
Le dossier médical, constitué d’un volet informatisé depuis 2009 et d’un volet complémentaire
papier, intègre les rubriques médicales suivantes :
 Le rapport de préadmission avec la recherche du consentement de la personne âgée ;
 Le GIR ;
 Les antécédents et les faits nouveaux actualisés régulièrement ;
 Les allergies et les risques de fausse route – les fugues – la présence d’un stimulateur
cardiaque ;
 Le port de prothèses (auditives – dentaires – lunettes – hanche – genoux) ;
 Les consultations du médecin traitant ;
 Les courriers et tout document à l’origine de l’admission ;
 Les examens biologiques – les résultats des examens d’imagerie ;
 Les lettres des spécialistes ;
 Les traitements (prescriptions informatisées et tirage papier signé) ;
 Les prescriptions paracliniques (rééducation – kinésithérapie– orthophonie – ergothérapie
– régime – texture – ateliers thérapeutiques) ;
 Les évaluations gérontologiques : PATHOS3
– IMC4
– TINETTI5
– NORTON6
– MMS7
– NPI-ES8
– TEST DE L’HORLOGE9….) ;
 Evaluation de la douleur : EVA10
– EVS11
– ALGOPLUS12
.

3
PATHOS, outil d’évaluation de l’état pathologique d’un résident permettant d’évaluer les besoins en soins au sein de l’établissement
4
IMC : Indice de Masse Corporelle : indicateur d’évaluation de la corpulence
5
Tinetti : Le test ou score de Tinetti est un moyen simple, reproductible, d’évaluer le risque de chute chez la personne âgée
6 Norton : Echelle permettant d’évaluer le risque d’escarre
7 MMS : Mini Mental Score : test de référence pour le dépistage des démences
8 NPI-ES : Neuro-psychiatric Inventory – Equipe soignante : Le but de l’Inventaire Neuropsychiatrique (NPI) est de recueillir des informations sur la
présence de troubles du comportement chez des personnes âgées souffrant de maladie d’Alzheimer ou de maladie apparentée
9
Test de l’horloge : Test d’évaluation des fonctions cognitives
10 EVA : Echelle Visuelle Analogique de la douleur graduée : permet à la personne de quantifier sa douleur de 1 à 10
11 EVS : Echelle Verbale Simple de la douleur : permet à la personne de qualifier sa douleur de « absente » à « insupportable »
12 Algoplus : Echelle L’échelle Algoplus a été spécifiquement développée pour évaluer et permettre la prise en charge des douleurs aiguës chez une
personne âgée pour tous les cas où une auto évaluation fiable n’est pas praticable (troubles de la communication verbale).
Le dossier de soins intègre les rubriques paramédicales suivantes :
 Soins infirmiers ;
 Soins aide-soignante ;
 Compte-rendu du psychologue ;
 Compte-rendu de l’ergothérapeute ;
 Les surveillances particulières comme le poids – IMC – la Tension Artérielle ;
 Les éléments du PAP13 ;
 Les transmissions générales et ciblées ;
 La Fiche de Liaison d’Urgence : dossier de liaison d’urgence dans le cadre d’une hospitalisation
;
 La désignation d’une personne de confiance ;
 Les éventuelles déclarations de directives anticipées ;
 Les traitements des résidents.
La dispensation des médicaments aux résidents est assurée par la pharmacie Lemarchand de
Briouze. Une convention entre l’officine et l’EHPAD a été signée courant 2015. Cette convention
précise les conditions destinées à garantir la qualité et la sécurité de la dispensation pharmaceutique
ainsi que le bon usage des médicaments en lien avec le médecin coordonnateur. Le protocole
d’acheminement et de distribution des traitements des résidents est écrit par le médecin coordonnateur,
détaillant les étapes et les lieux de stockage.
Les maladies non prises en charge
Nous ne pouvons prendre en charge les pathologies suivantes :
 Les Trachéotomies,
 Les patients porteurs de traumatisme en évolution,
 Les dialyses péritonéales (mais nous acceptons les hémodialysés),
 Les personnes présentant des troubles psychiatriques non stabilisés,
 Les personnes dont la déambulation représente des risques de fugues, de violences,…. Cette contrainte
évoluera avec le nouveau projet architectural et permettra d’élargir notre offre d’accueil (échéance 2020).
Notre objectif est la recherche du consentement de la personne âgée suite à une information loyale.
L’établissement utilise la plate-forme nationale Via Trajectoire.
La Télémédecine
Les téléconsultations ont été mises en place en avril 2018. Une salle de téléconsultation est dédiée à
ce dispositif.
Nous proposons trois thématiques pour ces téléconsultations : la cardiologie, la gériatrie et la nutrition.
Les téléconsultations sont assurées par trois médecins du Parc du Centre de Suite de Bagnoles-del’Orne
selon un planning sur l’année.
Les téléconsultations sont réalisées sur prescription médicale du médecin traitant. Elles sont réalisées
avec le consentement écrit du résident ou/et de la famille. Ce dispositif permet d’améliorer la prise
en charge et le suivi du résident.
Le PAP (Projet d’Accompagnement Personnalisé)
Le projet de vie fait l’objet de plusieurs recommandations de l’ANESM dans le cadre de la qualité de
vie en établissement. Il doit permettre de favoriser l’expression des attentes, des désirs, des aptitudes
et des goûts de chaque résident. Un postulat fondamental doit être posé : « la personne humaine n’est
pas réductible à la somme de ces déficits fonctionnels, physiques ou intellectuels. Ainsi
l’accompagnement devra-t-il s’entendre, notamment auprès des personnes les plus en difficulté,
comme une recherche permanente de la personne à travers et au-delà des troubles qu’elle manifeste ».
Le projet d’accompagnement personnalisé est mis en place depuis 2010 au sein de l’EHPAD.
La réunion concernant les PAP des usagers est organisée le jeudi selon un planning. Le référent
présente le PAP du résident en présence du psychologue selon la procédure. Il s’agit d’une réunion
pluridisciplinaire. Nous utilisons l’outil informatique pour sa réalisation.

13 PAP : Projet d’Accompagnement Personnalisé
Les PAP sont consultables sur le dossier de soins informatisé du résident. Le référent a la
responsabilité de le restituer au résident ou à la famille. Nous proposons à l’usager (si ses capacités
le lui permettent) de signer ce document et/ou au représentant familial.
Les professionnels qui assistent à la réunion des PAP sont le référent du résident, le psychologue,
l’ergothérapeute, l’infirmière cadre, la directrice, l’infirmière, les aides-soignantes ou AMP,
l’animatrice, et un agent de service soin.
La réunion se tient chaque jeudi de 13h30 à 14h15.
Lors de la réunion, le référent présente le résident et les observations qu’il a pu faire. Chacun apporte
ses constatations, ses remarques pour faire vivre le PAP et l’ajuster au mieux, aux capacités et désirs
du résident. Le référent recueille les renseignements auprès de la famille et du résident notamment
ses habitudes pour le petit-déjeuner, pour la toilette, le coucher… Un délai d’observation de la personne
est mis en place qui est aussi celui du temps d’adaptation de la personne à de nouvelles habitudes de
vie.
Les thématiques du soin, de l’animation, du psychisme, de la motricité, de la conviction religieuse et
des liens sociaux sont abordées au cours de la collecte des informations par le référent, de sa famille
ou de l’équipe de soins. Le terme Famille s’entend au sens large y compris tuteurs et curateurs…
La désignation d’un référent(e) du résident est prévue à l’admission du résident. Ce référent peut être
un(e) Aide-soignant(e), un(e) AMP ou une Animatrice. Cette personne est chargée du suivi du résident
tout au long de son séjour dans l’établissement.
Les transmissions avec les familles
La famille et/ou le représentant légal et/ou la personne de confiance sont systématiquement avertis
de tout fait nouveau et des modifications de l’état de santé des résidents comme pour les
hospitalisations, les chutes…
Il est demandé à la famille de nommer un référent familial identifié dès l’admission.
Des cahiers de liaison sont en place dans les chambres et permettent donc d’échanger des
informations ; comme demander des produits d’hygiène, des vêtements et inversement comme
l’inscription du résident chez le coiffeur.
Les visites sont autorisées à tout moment. Il est toutefois conseillé aux familles de rendre visite à
leurs proches sur le temps de l’après-midi.
La porte d’accès principal est fermée par un système sécurisé de 17 h 30 à 8 h 30 du matin. En dehors
de cette plage horaire, l’accès reste simple et libre.
Dans certaines situations, l’établissement peut apporter son assistance dans la demande de mise en
place d’une tutelle.
Accompagnement de la personne âgée en fin de vie en rapport avec la loi Léonetti
L’équipe a pour principe de tout mettre en œuvre pour :
 Assurer le plus de bien-être dans la cadre de la fin de vie ;
 Eviter les hospitalisations pour permettre au résident de rester sur son lieu de vie ;
 Soulager la douleur ;
 Assurer un suivi psychologique pour limiter les situations d’angoisse de jour comme de nuit ;
 Permettre aux proches d’être présent auprès du résident à toute heure ;
 Proposer aux proches un soutien psychologique afin de préparer le deuil.
En fonction de l’observation de l’équipe, cette dernière peut interpeler l’IDE et le médecin traitant en
évoquant l’approche d’une situation de fin de vie. La discussion pluridisciplinaire permet de
positionner des actions spécifiques en lien avec la personne de confiance et en relation avec les
directives anticipées éventuellement rédigées préalablement par le résident.
Il appartient au médecin traitant de conforter les observations de la part de l’équipe soignante ; il
déclare alors la mise en place des soins palliatifs. Ces derniers sont soit prodigués en interne, soit
avec le soutien de l’HAD. L’équipe met en place des soins de conforts (alimentation plaisir, matelas
anti-escarre, création d’une ambiance sereine, toilette relationnelle à deux professionnels,
aromathérapie, toucher-massage…). Le résident peut disposer de l’accompagnement spirituel et
cultuel qu’il souhaite.
Tout au long de cet accompagnement, le lien est assuré avec la famille et/ou le représentant légal.
Lors du décès, l’équipe respecte les désirs du résident collectés auparavant en matière d’habillement
et de rite funéraire.
Quelques liens utiles :
La Loi Léonetti : https://www.juritravail.com/Actualite/euthanasie/Id/240021
La personne de confiance : https://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_2619435/fr/la-personne-deconfiance-document-d-information-et-formulaire-de-designation-avril-2016
Les directives anticipées : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F32010
Les conventions de partenariats et le travail en réseau
Nous avons signé une convention avec les hôpitaux de Flers et de La Ferté-Macé. Des professionnels
interviennent à titre libéral et participent au bien être des personnes accueillies. Une pédicure et deux
coiffeuses ont à leur disposition un local aménagé pour leurs activités. Elles interviennent selon les
besoins des résidents. Actuellement, deux médecins libéraux interviennent auprès des résidents. Lors
de l’admission, le résident choisit son médecin traitant.
Le CLIC14 est un partenaire et une référence pour les familles. Lors de l’admission, nous informons
les familles de l’existence de cette association loi 1901. Il peut être une source d’aide supplémentaire
sur le plan social et financier. Il est un point d’accueil d’information et d’accompagnement, gratuit,
pour les + de 60 ans et les aidants familiaux. Leur rôle est de proposer des actions de formation et
d’information sur l’ensemble du territoire du bocage.
Nous collaborons selon les besoins avec l’équipe mobile des soins palliatifs de Flers/Vire et l’HAD
(Hospitalisation à Domicile). Les professionnels de l’HAD mettent en place des traitements médicaux
dans le cadre des soins palliatifs, en collaboration avec les infirmières et les aides-soignantes de la
structure.
Nous entretenons des relations avec les hôpitaux environnant et avec les partenaires médicaux cités
ci-dessous :
• les audioprothésistes de Flers qui passent deux fois par an ;
• l’opticienne d’Athis de l’Orne ;
• la kinésithérapeute, sur prescription médicale ;
• les prothésistes dentaires de Conceptys qui passent trois fois par an ;
• le Centre Médico-Psychologique de Flers ;
• les médecins du secteur qui interviennent en tant que médecin traitant ;
• l’équipe mobile des soins palliatifs de Flers ;
• la pharmacie Lemarchand de Briouze ;
• le laboratoire Normabio de la Ferté-Macé ;
• le centre d’imagerie de Flers ;
• le centre 15 ;
• les urgences des hôpitaux ;
• les ambulances Caplain de Briouze.
Cependant, les intervenants restent ceux de votre choix.